Moufette

              Parce que vous êtes très nombreux, Internautes du monde entier, à chercher des renseignements sur cet animal méconnu quoique fort avenant qu'est la moufette ; parce que je veux répondre aux questions qui vous taraudent, ; parce qu'enfin j'ai besoin moi-même de faire parfois le point sur le pourquoi des choses, je vais donc vous livrer le fruit de longues années d'analyse scientifique des moeurs de la moufette à travers les questions les plus courantes qui vous font aboutir sur ce blog... mais aussi sur celui de Pivoine (et là, c'est quand même fou, avouez-le) !

             Déjà, tu peux écrire la moufette n'importe comme, car la moufette est une lectrice joueuse : la mouffette, la mouffete, la mouf'ette, la Moue fête, lamouf et te, l'âme ou faîte etc. Ce mot peut être remplacé par sconse si tu désires être à ton avantage dans les dîners mondains...

I. Notice zoologique sur la moufette (ses moeurs, ses habitudes...).
Terrier             A la question "comment vit la moufette ?", je répondrais "plutôt affalée sur le canapé". Son terrier se situe de préférence aussi proche que possible du frigo. Par prudence. On ne sait jamais... Son  habitat est constitué de coussins moelleux, de tapis profonds et la cheminée y diffuse une chaleur douce...
             Côté famille, ça se complique : mon excellent confrère de l'Encyclopaedia Universalis note que les moufettes "sont représentées par une quinzaine d'espèces réparties en trois genres (Mephitis, Spilogale et Conepatus)". Mais ô rage, il les classe parmi les mustélidés : c'est un scandale, car je préfère de loin le classement zoologique proposé par mon autre estimé confrère Wikipedia, les méphitidés. Famille créée par le distingué Charles Lucien Bonaparte : rien que le nom ça fait rêver, et comme il a découvert l'histoire naturelle en Italie, j'aime donc particulièrement ce garçon.
             Si tu veux une description scientifique du corps de la moufette, tu vas ailleurs : de la pudeur, tout de même !!! Je t'indiquerai seulement que l'arrière-train est souvent plus dodu que le reste du corps. Quant à son poids, il varie "suivant les espèces et les saisons" paraît-il : j'abonde en ce sens, même si j'ajouterais que ce poids varie aussi en fonction de la composition du menu et qu'il varie étrangement toujours vers le haut.
             L'alimentation de la moufette est variée, tu as pu le constater auparavant, parce qu'elle est omnivore tout simplement : elle se régale de petits animaux, et ne recule pas devant les plats étranges comme le serpent, l'oeuf pourri, les insectes mais se contente simplement de chocolat quand tous ces aliments ne sont pas disponibles.
              L'attitude et le comportement de la moufette : on nous dit parfois que les moufettes sont "nocturnes, nonchalantes et solitaires, elles peuvent devenir irascibles si elles sont dérangées". Je tiens à revenir sur certaines contre-vérités exprimées ici : la moufette est nocturne ET diurne, étant parfois tellement excitée par ses propres projets qu'elle ne ferme pas l'oeil de la nuit ou se lève aux aurores et ronfle allègrement dans l'après-midi. Oui, la moufette est un être à l'horloge biologique étrange. Nonchalante ? Peut-être, mais la démarche chaloupée, c'est certain... Solitaire ? Egalement, sauf quand elle a besoin de compagnie. Quant au fait d'être irascible, c'est totalement faux : la moufette prend les choses à coeur, grogne et grommelle, rougne (comme nous disons môman et moi que personne nous comprend au nord de la Loire) et rouspète, et fait parfois sa tête de mule. Mais elle n'est absolument pas irascible. Sauf si on lui fait comprendre qu'on n'aura pas le temps de déjeuner : là, c'est l'irascibilité maximale.
            Quant au sexe de la moufette, il est facile à déterminer : tu cours après la bestiole, tu tentes de faire un placage digne des plus beaux moments de la Coupe du Monde de Rugby, tu te vautres dans la boue et tu finis par conclure que la moufette est une femelle ou un mâle, mais qu'en tout cas elle est véloce. Et très pudique. Non mais...
            Dernier point, extrêmement important vu le nombre de requête l'évoquant : l'odeur de la moufette. Elle est liée à son moyen de défense, on dit même que la moufette arrose son adversaire. Il faut avouer que lors de débats poussés sur la conception tridentine de l'hypostase divine chez les Frioulans du IIème siècle, il a pu arriver que la moufette saisisse son verre d'eau minérale et le balance, car il n'y a pas d'autre mot, à la figure des idiots qui contestaient l'idée que ces mêmes Frioulans n'avaient cure du monophysisme, occupés qu'ils étaient à courir le guilledou entre deux bottes de foin dans leur belle région. Certains ne connaissent rien à l'histoire religieuse populaire, il faut bien le dire...

            Note pour tous ceux qui voudraient se débarasser de l'odeur de la moufette, sur soi ou sur le chien, le chat ou le hamster, sachez que c'est impossible. Vos vêtements comme votre peau ou les poils de votre animal domestique resteront sans doute imprégnés à jamais de cette senteur méphitique. Le seul moyen que je suis parvenue à répertorier pour s'en défaire serait de se badigeonner entièrement de blanc d'oeuf extrait une nuit de pleine lune et conservé trois jours dans une pièce sans mur, mêlé à de l'eau bénite sur un aria de Tokio Hotel. Mais, même comme cela, ce n'est pas sûr que l'odeur parte. Hinhinhin, la moufette est tenace, comme son odeur...

La figurine est l'oeuvre de Kent Melton.

Si tu veux en savoir plus sur la moufette et ses représentations culturelles, c'est ICI.

Et si tu t'intéresse à "moufette et psychanalyse des rêves", c'est ICI.