... sur mon avenir. Tsss, qu'est-ce que tu croyais, toi là-bas au fond ? Bon, je sais que dire "j'ai un coach" évoque tout de suite dans vos esprits enflammés les images sulfureuses de L'Île de la Tentation dans sa version brésilienne, des corps jeunes, musclés, bronzés et luisants. Non, ne le nie pas...

Beckham

Un autre David B. ...

              Mais reprenons nos esprits : il s'agissait ici d'UNE coach, ne s'occupant pas de mon corps mais de mon travail...  Souvenez-vous, j'en avais parlé ici. Et, comme une bonne Moufette bien sage, j'ai accompli les six premières heures que j'avais demandées pour préparer ma vie professionnelle à Bombay, sachant que les heures restantes seront utilisées là-bas pour finaliser le projet avec un consultant local. Dont le prénom ne m'a pas indiqué si c'est un homme ou une femme, hihihi !

              Pour moi, ce fut d'abord une entrée dans une monde inconnu : les bureaux d'entreprise (ah bon, on ne lave pas chacun sa tasse de café comme dans une salle des profs ???), le coaching (mais où sont le rameur et le step ?), le bilan de compétences, les tests de personnalité, et même l'entreprise, tout bêtement (enfin, j'ai travaillé dans des entreprises avant, mais là c'est du côté "qu'est-ce qu'apporte le fait de travailler en entreprise pour une Moufette comme moi à part de l'argent à la fin du mois ?").
             Et j'ai alors découvert une chose étonnante sur moi : j'adore les tests en tout genre. Remplir des cases, cocher, relier et compter... J'ai décidé d'en faire plein désormais, de m'abonner à des milliers de magazines féminins en hindi, parce que c'est ultra fou comme tout est fait pour te remonter le moral : il y a toujours une explication positive à un travers, un handicap ou une incapacité. Et comme j'aime expliquer les choses et les expliquer à mon avantage (quand même !), cela me plaît beaucoup ! Je ne lis pas encore l'horoscope en revanche...

               Trêve de plaisanteire : avec tout ça, ai-je avancé profesionnellement ? Et bien oui. Le bilan de compétences est une chose fantastique ; d'autant plus quand tu viens de la fonction publique, et de surcroît de l'Education nationale, et que jamais tu n'as eu l'occasion de visualiser ton parcours en terme de compétences. Et surtout, c'est encore mieux quand tu t'aperçois que tu as plein desdites compétences (je m'envoie des fleurs à pleines brassées...).
               Ensuite, des choses se confirment quant à ma personnalité... Pour résumer en un seul mot : insupportable. Oui. Ne tolère (à la limite du maladif, occasionnant des séchages multiples, des refus nombreux et tout autant de mépris...) ni hiérarchie, ni tâches imposées dont je ne connaisse ou ne valide la finalité, ni les réunions, ni les relations mondaines, la prise et l'entretien des contacts, ni ce qui n'a pas un attrait intellectuel réel, ne demande pas de méthode à créer, de solutions à trouver ou de problème à pointer du doigt. La question en suspens est : "Moufette peut-elle vivre en société ?"...
               Tout cela est fort grisant, surtout quand on arrive au stade ultime : les trois heures consacrées à mes projets professionnels en regard de mes compétences, de mes motivations et de ma personnalité. Tu as bien lu : de MES projets professionnels. Que j'avais réussi à réduire à six, qui sont ensuite devenus sept car en discutant avec ma coach une nouvelle idée a germé, et auxquelles se sont agrégées d'autres idées chemin faisant. Mais quand j'ai rempli les tests finaux, évaluant les projets en fonction de mes attentes et de mes capacités, je suis arrivée à la conclusion que toutes ces pistes tournaient autour d'éléments communs et étaient synthétisables en un projet unique (enfin presque). Une idée tout à fait faisable, qui m'intéresse et me motive, possible à mettre en oeuvre à Bombay, développable sur Internet, visant le court, le moyen et le long terme, transportable sur mon dos, et sexy tout plein. Et que les autres projets découleraient de la mise en oeuvre de cette première idée.

              Après deux ans et demi de remises en cause, d'interrogations professionnelles et de tournages-en-rond, les choses se mettent enfin en place. OUF ! Mais vous en saurez plus bientôt (teasin, teasing, teasing)...

              Dernière chose très drôle et bien représentative de moi-même : quand il a fallu aligner les critères d'évaluation de mes projets, j'en ai trouvé une dizaine immédiatement. Et en parlant avec Tac, il me dit tout à coup : "euhhhh, et la rémunération, la stabilité, la pérennité du travail, euhhhh, ce ne sont pas des critères importants ?". Mouahahahahahahahaha !!! Je n'y avais pas songé un seul instant. Insupportable, je vous disais...