J'ai une voisine (tadammmmm !), et en plus elle a un blog. C'est d'ailleurs comme ça que je l'ai contactée, d'autant plus étonnée que son conjoint travaille pour la même entreprise que Tac et qu'ils habitent la rue parallèle à la nôtre. Bombay est une si petite ville, héhéhé...

            Toujours est-il que ma voisine, arrivée depuis six mois, est source de bons conseils et m'a emmenée au marché aux poissons des Sassoon Docks de Colaba. Grande reconnaissance je lui porte pour cela : quel régal pour les yeux et quel bonheur pour le ventre !!! Il faut vous imaginer au détour de quelques rues poussiéreuses (Colaba, quartier colonial et touristique est extrêmement poussiéreux) une impasse, masquée par des étals de fruits, qui débouche sur une toute petite halle où sont réunies quelques femmes, sans doute des épouses de pêcheurs. Cela ne paye pas de mine, quelques ventilateurs seulement, pas du tout de glace, des chats et parfois des mouches ; mais une véritable odeur de poisson frais, de criée juste arrivée du large.

March__aux_poissons

             Devant chacune, une planche de bois toute simple où les vendanges maritimes sont étalées (je suis poète aujourd'hui) : trois beaux thons, quelques maquereaux, une poignée de gambas, quatre ou cinq langoustes, une dizaines de crabes, un kilo de poulpes. Des bébés requins aussi. Tout est propre et frais, pas de quantité industrielle, juste ce que le mari a pu pêcher dans la nuit me semble-t-il.

Poissons_2    Requins

Poissons   Poissons___dents

Euuuuhhhh, si quelqu'un peut me dire ce que sont ces poissons, là à droite,

avec leur mandibules et quenottes à l'air ? Alien ?

            Cela met en confiance et nous nous laissons très vite tenter, par de petits saumons à 2€ la pièce, une grosse poignée de gambas et quatre langoustes pour 5€ en tout... Nous serions bien bêtes de nous en priver. Nous sommes les seuls Occidentales à ce moment-là, et je doute qu'il y en ait eu d'autres dans la journée. Voire dans la semaine. Ce qui est certain, c'est que nous, ces épouses de pêcheurs vont nous voir souvent !

             Et deux défis nous attendent pour savourer encore plus le lieu, le contact et les poissons, tout à fait passionnants l'un et l'autre : trouver les recettes adéquates aux types de poissons proposés, parvenir à demander en hindi ce que nous voulons et peut-être un jour demander quelques conseils culinaires... Depuis, je concocte et compile un lexique gastronomique hindi-marathi-anglais-français : la Moufette est au travail !