Voilà, le classement définitif du concours "A vos dessous" est tombé ! Avec presque cent votants et en toute transparence (puisque nous avions pris pour modèle les municipales dans le Vème arrondissement de Paris)... Les résultats sont là, effroyables dans leur nudité (ce qui est le comble pour un concours de dessous), soyez fortes :


Votes


             C'est sans appel. La victoire, en chantant, est totale : bravo à MaO !!! Tu nous as bluffé avec cette composition digne de Duchamp. En revanche, méfiance : nous savons désormais que si tu nous rends visite, il faudra planquer le linge...
             Bravo également à Delphine, avec toi Noël devient la fête du slip ! Ainsi qu'à Daydreamer, déjà parée pour venir en Inde !
             Pimousse, Pivoine, Ckankonvaou et Frannso, votre participation était de qualité, vous serez tout de même récompensées !

             Note sociologique : il ressort de ces votes une chose fort intéressante. Comme en politique, l'électorat adhère toujours aux effigies rassurantes et bien connues (short kangourou et culotte-gaine) ou alors à ce qui brille, scintille, tinte le plus et nous promet des choses faciles (les petits rennes de Noël chargés de cadeaux). ... Comment ça, j'abuse ? ... Mouahahahah : ou comme faire de la sociologie politique à partir des dessous des blogueuses.

             Bon, je prends contact avec chacune d'entre vous pour les envois, mais dans l'après-midi : là, j'ai deux business plans à finir pour dans quatre heures et je suis un tout petit peu à la bourre. Oui, tu as bien lu "deux". Et "business plan" aussi... Je sais, c'est une révolution...

Note : les articles du Rickshaw arrivent ! On va parler de temples, de strass, de vaches, de paillettes, de cartes bancaires et de Hare Krishna (ce qui n'est pas si éloigné, tu vas voir)...
Note 2 : et je n'ai pas oublié de linker cette fois-ci, tu as vu ?
Note 3 : je profite d'un rendez-vous professionnel dans le délicieux café du "Good Earth" (un magasin d'intérieur très chouette) pour aller faire quelques emplettes, héhéhé...