Etrange_histoire_de_Benjamin_Button                Pas moi en tout cas. Je n'étais pas dans tous mes états en voyant ce film, même si cela m'a fait tout drôle de revoir le visage poupin et rajeuni de Brad Pitt à la fin. Cela m'a rappelé le début de sa carrière (mais si, je suis sûre que vous voyez de quel film je parle...).

                Le scénario reprend une nouvelle de Francis Scott Fitzgerald d'un homme, né vieux et rajeunissant. Tout de suite : oui, le traitement physique du rajeunissement est réussi. La progression des différents âges n'est pas choquante, et se fait en une longue continuité. Longuet, en revanche, ça c'est sûr. C'est un film lent, long (2h38) peut-être volontairement pour montrer que le temps qui passe à l'envers reste le même que le temps qui passe à l'endroit (c'est ultra clair, comme phrase) ; on le voit d'ailleurs tous les jours sur ceux et celles qui veulent paraître plus jeunes, les marques du temps sont encore plus indélébiles... Mais là, cela dérape : on ne voit pas très bien comment l'esprit de Benjamin évolue (certes, il régresse au final mais sa prostration n'est pas explicité ou même questionnée). Ce film permet en tout cas de se poser des questions, sur cette rencontre de l'autre au "mauvais âge", trop vieux et trop jeune, sur le temps qui passe, sur la mort des autres et la sienne. Idéal, sans rire et sans mépris, pour un cours de philosophie en terminale (quoiqu'il faut que je lise la nouvelle : peut-être est-ce encore meilleur de la mettre entre les mains des élèves plutôt que le film, les questions y sont peut-être plus profondes).

             Mais Cate Blanchett est agaçante : éthérée dans un rôle qui ne l'est pas, maniérée et donc fatigante. A contrario, Brad Pitt paraît encore plus lourd et lent que ne le nécessite son âge. Certaines scènes sont baclées (les rencontres avec son père), d'autres s'étirent en longueur (en Russie) : le film est donc décousu et d'un rythme inégal. En fait, je crois... que l'on n'y croit pas. Au film, aux rôles, aux dialogues. Quelque chose d'artificiel dans le ton et dans le jeu. Dommage.

Sur mon blog en Rickshaw, un nouveau fruit sur les étals bombayites !