10 décembre 2008

Où tu te moques de moi. Oui, tu peux... snif...

                Vas-y. Je te présente mon visage efflanqué, mon museau malheureux et mon regard de moufette déçue. Tu peux rire toi qui bénéficies de tous les téléfilms allemands dont je rêve, de toutes les guimauves télévisuelles dont je me délectais, de la diffusion quotidienne (est-ce encore le cas ?) d'Un dîner presque parfait, en un mot : de toutes les émissions intellectuelles et brillantes dont on dispose juste en appuyant sur un bouton chez toi.Note : je dois encore chercher... [Lire la suite]