Tu t'étonnes, je n'ai pas parlé des résultats aux élections européennes ? Mais c'est que je ne suis aucunement étonnée, moi. Malheureusement. Ce pays, la France, ne s'est jamais intéressée à quoi que ce soit d'européen, et ceux qui s'y disent "vraiment européens" sont souvent ceux qui s'y intéressent le moins une fois les élections venues. Alors, pourquoi aller voter ? Une belle hypocrisie.

           Quant au résultat lui-même, il est malheureux. D'aucuns de se réjouir d'une victoire à la Pyrrhus, d'une absence honteuse de toute opposition valable. Même si l'on est aujourd'hui convaincu que l'UMP est le grand parti réformiste, allant de l'avant et cassant enfin tous les obstacles qui contraignent notre belle société française pour la laisser s'épanouir dans un monde débarrassé des méchants (je sais, ça sonne biblique), il n'est jamais bon pour aucun pays qu'il n'y ait pas de réelle opposition. Ce n'est même pas bon pour l'UMP. Alors, s'il n'y a pas de véritable opposition, pour qui voter ? Une bonne conscience.

           Enfin, ce qui me désole le plus, c'est la courtesse de vue dans ce que je lis, vois et entends. Cela me terrasse et me terrifie. Chez les candidats, certes, mais chez les commentateurs surtout.

           Sous la morosité française ? Notre médiocrité européenne.