Tu as remarqué comme les génériques des séries télé sont magnifiques ? Normal, me diras-tu, c’est la première chose que l’on voit, dont on se souvient et donc sur lequel se fonde notre jugement…

        Mais il y a des génériques qui restent vraiment, qui sont même parfois meilleurs que la série ou qui prennent une vie indépendante. On se prend alors à chantonner La Petite Maison dans la Prairie (ne me remercie pas, tu l'as pour la journée...), Dallas ou bien Happy Days. D’autres génériques sont quant à eux tellement insupportables que l’on zappe en attendant ou que l’on met avance rapide...

       Il y a une musique (l’excellente patte de Dany Elfman, ambianceur des films de Tim Burton, dans Desperate Housewives par exemple), des couleurs ou une photo (le floutage très années 1980 de Madame est servie), un graphisme (Une Nounou d'enfer) ou encore le résumé de l'essentiel de la série en quelques scènes d'anthologieSex and the City : les chaussures et moi-moi-moi-moi-moi). Certains sont un scénarios à eux tout seuls (Dexter), d'autres font déjà monter la tension (Urgences, Oz) ou bien ne contiennent absolument rien qu'une présentation des acteurs (Ally McBeal). (

            Je vous laisse ce soir méditer sur un de mes génériques préférés, des plus aboutis, et on en parle après les FBAG de mercredi : Six Feet Under.